• Vu à la Gaïté Lyrique : Computer Grrrls.

    Chouette halte, des pièces très intéressantes.
    Brochure de l'exposition : https://gaite-lyrique.net/storage/2019/03/15/computer-grrrls-livret-exposition-fr.pdf
    « Body scan » par Erica Scourti, 2014.
    Après avoir scanné des parties de son corps, l'artiste a importé ces images avec un moteur de recherche, qui lui dresse une sélection d'éléments s'y rapportant. Bilan: une simple parcelle de peau peut générer une série d'images érotiques et suggestives, sa neutralité ne privant pas de lui accorder un caractère sexuel, très stéréotypé, et clairement adressé à un public masculin. Le syndrôme de Pygmalion, l'idée de façonner une création (dans le mythe, une sculpture de femme prenant vie, lire à ce sujet Mona Chollet dans « Beauté fatale. Les Nouveaux visages d'une aliénation féminine » aux éditions La Découverte : Zones, 2015) dans une perspective très idéalisée, n'épargne pas les programmeurs de ces moteurs. On ne doute plus de la gente la plus représentée dans le milieu.
    « HowTo(3) » par Elisabeth Caravella, 2019.
    Tutoriel cinématographique et immersif, avec un ton absurde délicieux.