• Interstice estivale en Bretagne.

    La cathédrale de Kemper, saisie entre quelques anciens bâtiments. Non loin de la Place au beurre, célèbre pour avoir été encerclée de crêperies.
    Les côtes "sud" de la pointe bretonne.
    Un monument en hommage aux bigoudaines, pour une fois ! Qui salue leur bravoure et leur tenacité en l'absence des maris partis en mer. Il fallait poursuivre la vie au village, subvenir aux besoins de ses habitant.e.s, travailler aux champs, etc.
    Ah non, encore un énième mémorial adressé aux vaillants marins disparus. Des femmes on ne retiendra que la figure de la vierge éplorée... Après le sexisme alsacien, le sexisme breton. J'ai hâte du tour de France. Avec le sexisme systémique, national, je ne crois pas qu'il soit bon de cultiver, en plus, une production locale de coutumes sexistes.
    Une estrade "naturelle", un dispositif de ville intéressant, qui permet l'intervention de groupes en itinérance où sans lieux de représentation, ou qui peut être une place d'expression libre pour chacun.e. Ce type de structure est plaisant à voir, même si déserté en période de crise sanitaire, au milieu de toutes les installations « anti-site » mises en place par les communes.
    La cœur-de-breton, grosse, bien sûr !