• Are superusers necessarily white and bossy ?

    Voici l'icône de l'« utilisateur suprême » (l'utilisateur qui a toutes les permissions, notamment l'accès à l'administration système de la machine) issu du set d'icônes pour logiciels libres Nuvola (nuage en italien), dessiné originairement par David Vignoni pour les environnements KDE et GNOME, et aujourd'hui également accessible pour Windows et Mac. Pourquoi ce superuser a-t-il l'allure d'un patron ou d'un cadre (c'est la cravate qui parle) blanc, au moins de classe moyenne, sinon riche (c'est moins son oppulence que son attitude — main derrière le dos, typique de la posture de celui qui contrôle, inspecte, surveille — qui me fait dire ça) ? L'idéologie apparaît déjà dans les icônes de nos interfaces. Et le nom de cette icône “Icon King Permission”, ne fait qu'en attester. L'utilisateur (et non l'utilisateurice) est roi. Il ordonne, et la machine (ou la nature, ou la femme) éxécute. Rappelons la définition du mot « Ordinateur » que donne le Littré : « Ordinateur : adjectif désignant Dieu mettant de l’ordre dans le monde. » Rien que ça. Mieux vaut chercher la déesse, ou la cyborg.