Blog

“Revell'East” => another warmup to recuperation

Capture de l'événement Facebook de Revell'East, un « hackathon pour femmes sur l'entrepreneuriat ».

Après le Parcours numérique spécial femmes organisé par Simplon Grand Est, co-animé avec Alsace Digitale et en partenariat avec Orange du 16 au 18 août au Shadok à Strasbourg, dans la description duquel on pouvait lire des aberrations telles que « Vous êtes une femme ? Le numérique vous tente ? » ou encore « Le saviez-vous ? Les femmes sont encore peu représentées dans le numérique et pourtant de nombreuses opportunités existent. » Après l'événement Girls Can Code! également impulsé par Alsace Digitale, et sur lequel j'avais déjà écrit un article. Il faut encore rappeler que les femmes étaient présentes dans le domaine de l'informatique à ses débuts et en ont été évincées, une frise chronologique assez complète est accessible sur un site web associé à l'exposition Computer Grrrls tenue à la Gaïté Lyrique de mars à juillet 2019. Voici le Warmup Revell'East toujours proposé par Alsace Digitale et aux côtés d'1Kubator, d'Orange, de Grand E-nov et de la ville de Strasbourg (dis-donc y a du monde dans la file du pink washing) le 22 octobre 2021 au Shadok.

En voici le pitch : « Revell'East est une initiative qui permet aux femmes du territoire de libérer leur envie de créer et de faire émerger leurs idées dans le cadre d'un hackathon #RevElleEast. Il s'agit d'un challenge autour de l'innovation conjuguée au féminin qui vise à imaginer, concevoir et prototyper de nouveaux produits et services en s'ouvrant à de nouvelles compétences et des conseils bienveillants. Vous êtes une femme, une entreprise avec un réseau de femmes, une association, un réseau de femmes ou vous encouragez l'entreprenariat féminin ? Rejoigniez nous lors de cette matinée pour définir ensemble le prochain Hackathon qui révèle le potentiel des projets portés par des femmes dans le Grand Est. Les hommes sont biensûr les bienvenus en tant que participants ! Tous les profils sont les bienvenus ;-) »
Au delà de l'incitation très forte à investir en masse le modèle start-up, numérique innovant, etc. qui sont pour moi très éloignés de modèles d'avenir résilients, je suis terriblement gênée par l'avant dernière phrase précisant que les hommes cis sont bienvenus. De qui au juste va-t-on recevoir des conseils « bienveillants » ? Encore une fois, la mixité choisie n'est pas envisagée et on se retrouve dans l'impasse du « faire à la place » au lieu de « laisser faire ». Les hommes cis ne peuvent pas mener cette révolution comme ils ne peuvent pas revendiquer les choses à la place des autres, d'autant plus qu'ils sont le groupe social à déposséder (et notamment au niveau des savoirs et pratiques de l'informatique). Je fais donc tristement le constat que les choses n'évoluent pas, du moins, en se fiant à ses trois propositions, très constantes dans le temps et inscrites dans une ligne de la même sensibilité (on est progressistes mais pas féministes ne vous inquiétez pas)...